Des pneus Michelin sur mesure pour l’Alpine A290

Pour sa future A290 – qui sera dévoilée en première mondiale le 13 juin dans le cadre des 24 Heures du Mans – Alpine a décidé de confier en exclusivité à Michelin le soin de concocter une gamme de pneus entièrement dédiée à son premier modèles 100% électrique.

Seuls points de contact entre un véhicule et le bitume, les pneus jouent un rôle déterminant dans les qualités dynamiques d’une voiture. Et ce rôle est encore plus crucial lorsqu’il s’agit d’une sportive comme l’A110 ! Pour Alpine, il n’y avait donc pas matière à hésitation à l’heure de préparer la future A290.

Ce partenariat est d’autant plus naturel qu’il s’inscrit dans une longue tradition qui remonte aux années 60, moment où Michelin était totalement investi dans le développement de la technologie radiale qui a révolutionné le monde du pneumatique.

La possibilité d’équiper les monoplaces de Formule 3 d’Alpine, dotées de suspensions ajustables, avait alors contribué à définir les meilleures conditions d’utilisation des pneus radiaux, permettant ainsi d’éviter les décrochements à haute vitesse qui constituaient alors un point de blocage pour les ingénieurs de Michelin dans le développement du radial.

Depuis, les deux marques n’ont cessé de collaborer tant dans le domaine industriel que sur le front de la compétition. C’est en effet sur une Alpine, lors des 24 Heures du Mans 1967, que Michelin a introduit en compétition les premiers pneus « slicks » dépourvus de sculptures… une technique immédiatement reprise par la Formule 1 ! Et c’est aussi avec Alpine et Michelin que la technologie radiale s’est imposée pour la première fois en championnat du monde des rallyes (en 1973) et aux 24 Heures du Mans (en 1978).

Prolonger cette collaboration qui a contribué au succès de l’A110 coulait donc de source. De même, le principe d’un partenariat exclusif entre les deux marques, s’est lui aussi imposé. « C’est précieux car cela nous permet de procéder à un véritable co-développement initié très en amont. » souligne Philippe Mérimée, chef du service mise au point liaison au sol chez Alpine.

En passant d’une sportive à moteur thermique comme l’A110, à une traction électrique citadine comme l’A290, le cahier des charges présente des spécificités inédites pour Alpine.  « Il nous faut réinterpréter les valeurs de la marque. » explique Philippe Mérimée. « Il est clair que, dans le domaine de l’électrique, la frugalité énergétique est un indicateur fort qui pèse fortement sur les arbitrages. »

Alors que, généralement, le dimensionnement des pneumatiques est imposé par le constructeur au manufacturier de pneus, dans le cas de l’A290, Michelin a été étroitement associé à ce choix hautement stratégique. « C’est un facteur fondamental dans l’établissement des cibles de performance en termes de dynamique, de résistance, de masse, d’autonomie et d’efficience » précise Frédéric Brigaud, le responsable de compte technique Michelin en charge d’Alpine.

C’est ainsi que les futurs pneus de l’A290 adopteront les dimensions 225-40-R19, soit une bande de roulement large de 225 mm, un flanc de rapport hauteur sur largeur de 40% et un diamètre intérieur du pneu de 19 pouces.  Ces pneumatiques seront déclinés en deux gammes : les Pilot Sport S5, disponibles uniquement en première monte et axés sur la performance, et les Pilot Sport EV, plus centrés sur l’efficience énergétique, avec une moindre résistance au roulement.

Alors que le partenariat Alpine-Michelin avait commencé dès 2012 pour ce qui est de l’A110, la coopération technique concernant l’A290 a été initiée en 2021. « A ce stade, nous n’avions pas encore d’objets physiques en mains mais nous étions capables de nous appuyer sur des objets virtuels qui nous ont permis de donner des directions au cahier des charges. » indique Frédéric Brigaud.

Les deux entités ont ensuite pu entamer le développement « en dur » avec une série de « joint-tests » mettant à l’épreuve sur circuit des configurations de pneus montés sur des « mulets », des voitures laboratoires non encore abouties mais préfigurant le modèle à venir.

Ces séances d’essais durent généralement une semaine. La plupart d’entre elles ont eu lieu sur la piste d’essais Michelin de Ladoux, près de Clermont-Ferrand, qui permet de reproduire de nombreuses conditions, y compris une piste mouillée de manière homogène.

Les enseignements tirés de cette boucle de développement seront précieux dans l’établissement de la configuration finale des pneus de l’A290, la citadine Alpine devant être prête à électriser le public lors de sa révélation publique en juin prochain au Mans.